Equipage du USS Lucidity (STO)

Forum sur l'équipage de l'uss Lucidity pour le futur jeu Star Trek Online
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 cours de starfleet sur les moteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alban Doris



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: cours de starfleet sur les moteurs   Lun 28 Aoû à 15:55

I. MOTEURS A IMPULSION

La technologie des moteurs d'impulsion (Impulse Engines, fusion thrusters) utilisés dans la flotte de StarFleet a été découverte aux environs de 2015. Les moteurs à impulsion utilisent un effet classique d'action - réaction, tout comme les anciens moteurs d'avions ou plus exactement comme les propulseurs à poudre des fusées du 20ème siècle (Voir votre cours d'histoire Terrienne, au chapitre 20ème siècle, les "fusées").

Le principe d'action - réaction ("Vous appuyez sur un mur, le mur en retour appuie sur vous") fut le seul moyen pour faire bouger quoi que ce soit pendant plus de 2000 ans d'histoire terrestre. Les moteurs à impulsion ne sont rien d'autre que le stade ultime de ce qui est possible avec ce vénérable principe, puisqu'ils sont alimentés par la plus puissante des sources d'énergie : la réaction matière antimatière (ou plus rarement la fusion atomique contrôlée).

Rappelons que dans l'espace, les vaisseaux peuvent utiliser l'action réaction "pure" car ils sont dans le vide, il leur suffit donc de "projeter" de la matière derrière le vaisseau pour qu'en retour le vaisseau avance dans la direction opposée. (action réaction.)

Un moteur à Impulsion est donc une sorte de moteur fusée à poudre, comme celui qui propulsa pour la première fois un homme à une vitesse supersonique, l'avion Bell-X1. Bien évidemment, les moteurs Impulse sont nettement plus perfectionnés que ces appareils antiques, mais il est important de maintenir les traditions ancestrales en décrivant le cheminement qui a mené à notre technologie actuelle.

Dans un moteur à Impulsion, l'énergie produite par un réacteur à fusion (fusion du Deutérium) est utilisée pour convertir du deutérium en plasma , et c'est ce plasma (sorte de gaz chaud) qui est éjecté par des champs de forces, qui font également office de tuyère (pour éviter tout contact direct avec le plasma éjecté par le moteur.)

Notez que le réacteur à fusion produit également de l'énergie pour tous les autres postes d'un vaisseau, il possède un réservoir de Deutérium comme "fuel". En cas d'urgence les vaisseaux les plus perfectionnés sont également équipés d'un "bussard ramscoop" pour recueillir de l'hydrogène interstellaire, en revenant à une fusion de l'hydrogène. (Plus classique mais moins énergétique.)

Les moteurs à impulsion, bien qu'étant le stade ultime de la propulsion "conventionnelle", ne sont pas capable de produire une accélération énorme, et il faut donc pas mal de temps pour arriver à une vitesse utilisable pour explorer l'univers (c'est à dire proche de la vitesse de la lumière).

Mais même en étant patient, aucun matériau existant ne résiste aux frottements générés par de telles vitesses.

A noter cependant que les moteurs impulse peuvent très facilement générer une accélération qui tuerait net un homme par les "g" qu'elle entraîne. Donc les accélérations possibles avec un moteur impulse doivent être modérées pour ne pas tuer les occupants.



Pour ces raisons, et pour éviter les accidents des premiers jours, l'usage des vitesses "Impulse" dans StarFleet est très réglementé. On ne doit jamais dépasser le quart de la vitesse de la lumière en propulsion Impulse. Le quart de la vitesse de la lumière est donc appelé "Full Impulse" dans les règlements, puisque nul n'est censé aller plus vite en respectant les règlements. Il y a plusieurs raisons à cette règle : atteindre une vitesse proche de "c" demanderait une accélération ininterrompue de plusieurs mois, et consommerait énormément de carburant, sans parler des risques dus aux frottements.

Mais c'est avant tout pour éviter de subir trop d'effets relativistes que cette limitation existe. En effet, en approchant "c" en Impulse, donc en dépassant 1/4 de "c", les effets de la vitesse sur l'écoulement du temps ne sont plus négligeables ; et lors des premiers voyages en Impulse, de nombreux drames familiaux déchirèrent les familles, en voici les raisons :





Effets relativistes

Plus vous vous approchez de "c", plus vous subissez d'effets relativistes, au delà du quart de la vitesse de la lumière, ceux-ci deviennent prépondérants, et peuvent dans une certaine mesure rendre service à un explorateur.

Les effets relativistes peuvent être exposés par cette petite histoire :

Vous avez 20 ans, et vous avez un frère jumeau. Celui-ci vient de partir à 99% de la vitesse de la lumière (297000 Km/s) pour visiter une autre planète se trouvant à 20 années-lumière de la Terre. Vous restez sur Terre à l'attendre.

40 ans plus tard, soit 20 ans pour l'aller et 20 ans pour le retour, votre frère revient enfin. Vous avez alors 60 ans, mais votre frère n'a quant à lui pas 40 ans de plus ! Il n'a vieilli que de 6 années ! "Son" temps à passé moins vite que "votre" temps.





C'est une propriété fondamentale de notre univers : "l'Espace-temps". Le temps est lié à l'espace, et réciproquement. Le Temps s'est transmuté en Espace, et inversement. Cette conclusion essentielle dans la physique moderne est due à Albert Einstein.





Ainsi donc, même si vous n'allez pas "très vite", votre temps passe moins vite. Les effets d'une grande vitesse et d'un temps ralenti se combinent pour favoriser notre voyageur solitaire, même si son voyage dure très longtemps, il ne s'en rend pas vraiment compte.

Voilà qui est formidable pour l'exploration stellaire direz-vous.

Hélas non, car il faut alors également admettre un voyage sans retour : si vous vieillissez plus lentement, le reste de votre famille restée sur Terre aura disparu depuis longtemps à votre retour. Parfois même, c'est tout le système solaire qui aura disparu !



Même si ces effets de vieillissement relatif ne vous effrayent pas, les effets relativistes nous limitent encore d'une autre façon. Un objet se déplaçant à une vitesse proche de celle de la lumière voit sa masse augmenter en conséquence, et devient donc de plus en plus difficile à propulser. Pour faire atteindre la vitesse de la lumière à un objet, il faudrait une énergie infinie.



Pour les puristes, notons que le dernier effet relativiste que notre vaisseau aura à subir est une contraction des longueurs par rapport à des repères immobiles.

Donc les vitesses impulse sont pratiques pour une exploration inter-planétaire de notre système solaire, pour rejoindre une base ou un astro-dock en orbite, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alban Doris



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: cours de starfleet sur les moteurs   Lun 28 Aoû à 16:03

II. MOTEURS A DISTORSION DE CONTINUUM

A. L'Espace Temps.
La notion d'espace temps fut introduite pour la première fois il y a plus de 5 siècles (entre 1905 et 1907 pour être précis), et ce de façon presque indépendante par Albert Einstein et Henri Poincaré. Elle fut formalisée de manière mathématique (vers 1907) par Hermann Minkowski.

L'espace temps est avant toute chose une vue de l'esprit. Si vous créez une carte reprenant tous les endroits où vous étiez avant-hier, en notant votre longitude, votre latitude, votre altitude et la date de la mesure, vous avez un ensemble de coordonnées. Si vous voulez tracer ces coordonnées dans un graphique, il vous faudrait 4 dimensions, car il y a quatre variables.



De la même façon, l'espace-temps dans lequel nous vivons possède quatre dimensions : 3 dimensions d'espace, et une dimension de temps.



Mais l'espace temps a également des propriétés. En particulier, toute masse (des "kilogrammes" donc) déforme l'espace temps. Plus la masse est élevée, plus la déformation est grande. N'oublions pas que l'espace temps possède 4 dimensions et que c'est cette chose à 4 dimensions qui est courbée. Comme personne ne peut se représenter quoique ce soit en 4 dimensions, et encore moins courber quelque chose qui possède 4 dimensions, on choisit en général un repère particulier ; 2 dimensions d'espace plus une dimension de temps, où l'effet d'une masse est beaucoup plus clair.

Dans un tel repère, la déformation produite par une masse peut se représenter comme l'effet qu'aurait une bille sur un mouchoir, voyez la petite image. L'espace temps est dit "courbé".



B. Cochrane et la théorie unifiée.
Vers le milieu du 21ème siècle (vers 2040), un savant (Zefram Cochrane) établit la théorie unifiée de la gravitation, celle-là même que Einstein n'a pas su terminer en son temps.

La théorie unifiant la gravité et la mécanique quantique était le "Saint Graal" de la science du 20ème siècle, l'effet de cette découverte tant attendue fut immense, les prévisions que la nouvelle "théorie de Cochrane" apportait permettaient de nouvelles applications que l'homme n'avait jamais osé espérer.



Tout comme la relativité restreinte "supplantait" la physique newtonienne, tout comme la relativité générale "supplantait" la relativité restreinte, la théorie unifiée de la gravitation "supplante" toutes les théories précédentes. Ceci ne veux pas dire que les théories précédentes étaient fausses ou incomplètes, elles sont toutes valables sous certaines conditions.



Par exemple, la physique newtonienne est d'application courante dans la vie de tous les jours, par contre la relativité restreinte s'applique aux vitesses très élevées, la relativité générale aux endroits où l'espace temps est particulièrement courbé, et finalement la Théorie Unifiée s'applique absolument partout, même aux endroits où l'espace temps est "infiniment" courbé (les trous noirs...), ce qui n'était pas le cas de la relativité générale, où des "singularités" apparaissent aux endroits de très fortes courbure.





Les trous noirs peuvent se calculer à partir de l'équation de la relativité générale :




Mais comme cette équation se développe en 16 équations non linéaires aux dérivées secondes à 16 inconnues, elle est insoluble. Le fait que le trou noir soit une singularité n'est pas prouvé au 20ème siècle, même si c'était l'hypothèse généralement admise. (Voir les travaux de Sakharov et de J.P. Petit pour le contraire).



Sur le plan théorique, Cochrane introduisit des concepts avancés selon lesquels l'interaction entre un objet physique et la structure de l'espace temps définit un champ mathématique complexe appelé "Continuum Field" (Champ de Continuum)

Ces concepts introduisirent à leur tour une nouvelle façon de comprendre le mot "vitesse" en démontrant d'infimes différences entre le champ de continuum d'un objet au repos et celui du même objet en mouvement.

Ceci pouvait déjà s'établir avec la science primitive du 20ème siècle, en effet l'influence gravitationnelle d'un objet ne se propage pas à vitesse infinie, mais à la vitesse de la lumière. Ainsi donc, la région de l'espace temps située devant un objet en mouvement n'est pas aussi déformée que si il y avait eu un temps infini pour que son influence gravitationnelle s'établisse. De la même façon, derrière l'objet en mouvement, il y a un excès de déformation dû au temps qu'il faut à l'espace temps pour revenir à son état antérieur.

Cela ressemble un peu à la génération d'une onde, par exemple en faisant avancer un bâton dans l'eau. On peut aussi voire poindre l'effet Doppler (qui se manifeste si l'objet qui bouge émet un train d'ondes périodique). On devrait effectivement pouvoir observer des effets Doppler dans les ondes gravitationnelles. Le problème, c'est qu'au 20ème siècle, personne n'était encore arrivé à les observer.



Ainsi donc, une des prévisions essentielles de la théorie de Cochrane est que la déformation spatio-temporelle produite par un objet en mouvement n'est pas exactement identique à celle de ce même objet au repos. (Vue par un observateur extérieur.)



C. Moteurs CDP
Les moteurs CDP (Continuum Distorsion Propulsion) sont la première application révolutionnaire de la théorie de Cochrane.

Cochrane étant en mesure de calculer très précisément les différences de courbure entre un espace temps courbé par une masse immobile et la courbure générée par cette même masse en mouvement, une première conclusion évidente et que l'on pourrait "émuler" le mouvement par une distorsion identique de l'espace temps entourant l'objet au repos.



Un Moteur CDP produit une déformation du contenu lui-même (l'Espace-temps), pour permettre à un objet de se déplacer. En effet, en déformant l'espace temps en accord avec la théorie de Cochrane, on recrée la forme de courbure de cet objet s'il était en déplacement.

Donc, en déformant l'espace temps de cette manière bien précise : on le déplace.



A noter que lorsqu'un objet est propulsé par un moteur CDP, tout un morceau de l'espace (contenant le moteur CDP) se déplace avec lui, non seulement le vaisseau mais aussi quelques kilomètres cubes de matière environnante. En général, on peut supposer que la partie d'espace déplacée est une sphère, ceci ayant pour effet de simplifier sensiblement les distorsions à générer.

Les moteurs CDP (par déformation de Continuum) ont révolutionné les déplacements de l'homme : car non seulement une telle technologie est très sûre, mais en plus elle permet des vitesses bien plus élevées que les moteurs Impulse, ou que n'importe quel autre "moteur" conventionnel.

En effet, l'aspect magique de la CDP est que les passagers d'un vaisseau propulsé par CDP n'ont plus à subir d'effets d'accélération nocifs dus à l'inertie (tels les "g" bien connu des aviateurs du 20ème siècle) puisque l'accélération englobe la personne elle-même.

(Il n'y a donc plus de problèmes d'inertie.)

Il faut maintenir la structure de l'espace temps autour du vaisseau, telle qu'elle était avant le déplacement (or, elle est liée à la configuration des masses autour). Et à l'arrivée, quand on "raccroche", il faut que les lignes d'univers emmenées avec soi se raccordent avec celles où on débarque. Sinon, on subirait toutes les forces d'inertie liées à la différence en même temps.

Etant donné que toute une partie de l'espace temps bouge, il n'y a plus non plus d'effets de frottement sur la coque de l'appareil, ceux-ci se ramènent à des frottements entre le vide spatial et les bords du champ de continuum qui englobe le vaisseau, des frottements comparables à ceux que la planète terre endure tous les jours en tournant autour du soleil.

La coque extérieure peut dès lors être plus mince et contenir des soutes ou des ouvertures quelconques sans risque d'érosion excessive.



De toute façon, la plupart des vaisseaux disposent en plus de "boucliers", qui sont eux aussi des sortes d'enveloppes sphériques autour du vaisseau : une fois de plus par soucis de simplicité des champs de force à générer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alban Doris



Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: cours de starfleet sur les moteurs   Lun 28 Aoû à 16:08

III. Moteurs Warp

A. Continuum Field
Pour parler des moteurs WARP, il faut noter que "Warp" signifie "distorsion" en anglais.

Après plusieurs années de tests et développement des moteurs CDP, on a constaté que l'espace temps dit "einsteinien" (le nôtre) ne pouvait pas supporter une déformation arbitrairement grande. La précédente théorie (la relativité générale) voyait déjà apparaître des singularités aux points de concentration extrême de la matière (les trous noirs)

Des études ont montré qu'un moteur CDP pouvait créer une déformation de la trame de l'espace temps assez intense pour que cette déformation ne soit plus "tolérée" par notre espace temps.

Ceci fut appelé "treshold level" ou encore seuil de basculement.

N'oublions pas que le principe de la propulsion CDP (et a fortiori le WARP) est l'équivalence entre la distorsion espace temps et la vitesse.

Il est intéressant de noter que lorsque l'effet de courbure produit par la CDP atteint le fameux "treshold level", c'est à dire juste avant le saut dans le WARP CONTINUUM, la vitesse du vaisseau (qui est toujours dans notre espace temps) atteint 0.8*c (80% de la vitesse de la lumière).

Si l'on atteint le "treshold level", l'enveloppe (le CONTINUUM FIELD) créée par le moteur CDP serait littéralement projetée dans un continuum d'ordre supérieur, capable de supporter cette déformation (et où par conséquent la vitesse de la lumière ne serait plus une limite.)

Ce point est extrêmement important : l'entièreté du "continuum field" est projeté dans l'espace temps d'ordre supérieur, donc à l'intérieur de l'enveloppe (et a fortiori du vaisseau) toutes les lois de la physique de l'espace temps einsteinien persistent. C'est essentiel.

A noter qu'il ne s'agit plus ici de notre espace temps , car quoi qu'on en dise, rien ne peut s'y déplacer plus vite que la lumière. Une fois de plus le respect de la science du 20ème siècle est parfait, ce qui prouve que Einstein à son époque ne s'était pas trompé.



La théorie de Cochrane respecte la précédente théorie ; elle fixe le saut en Warp bien avant "c" et la vitesse limite dans notre espace temps est toujours la vitesse de la lumière (dans le vide).

Les vaisseaux doivent donc entrer dans un sur-espace (qui est appelé "Warp Continuum") pour permettre les déplacements superlumineux, car même au 24ème siècle, on ne peut pas espérer quitter notre espace temps en accélérant linéairement jusqu'à 300000 Km/s puisqu'il est impossible d'atteindre cette vitesse.

Inutile de s'évertuer à voir "ce qui se passerait si...", puisque cela est rigoureusement impossible.



B. Cône de lumière
Un cône de lumière (de l'espace à 2 dimensions) est un cône que l'on se représente dans un repère où les coordonnées en X et Y sont l'espace (comme la longueur et la profondeur d'un cube) et la coordonnée en Z (la hauteur du cube) symbolise le Temps. Si l'on considère un éclair lumineux en un point Xo,Yo ; les rayons issus de ce point vont bien sûr s'étendre (à 300000 Km/S) dans un front d'onde sphérique.

N'oublions pas que pour simplifier, nous avons considéré un espace à 2 dimensions, et dans cet espace notre onde sphérique sera représentée par une succession de cercles concentriques, des sortes de "tranches de sphère" ayant un diamètre de plus en plus grand. Si on relie tous les cercles (les "tranches") on obtient un cône.

Toute chose matérielle (pesante) se déplace à l'intérieur d'un tel cône de lumière (de l'espace à 3 dimensions cette fois), que vous alliez à 150 Km/h ou à Mach 8, vous êtes (et serez toujours) dans un cône de lumière. La lumière elle-même forme les limites de ce cône (d'où son nom.)

Remarquez qu'un cône de lumière coupe l'Espace-Temps en deux parties ;

Là où nous sommes (aussi appelé domaine du genre Temps),

Et l'Ailleurs (aussi appelé domaine du genre Espace),

"L'ailleurs" pourrait être parcouru par toute sortes de choses se déplaçant à des vitesses superlumineuses. Nous sommes obligés de considérer cet "ailleurs" ; ce n'est pas une invention.

Cliquez ici pour plus de détails théoriques sur les cônes de lumières .

Certains physiciens postulèrent dès le 20ème siècle l'existence de particules (appelées "Tachyons ") dont l'une des propriétés est de toujours voyager plus vite que la lumière. Elles sont donc confinées dans "l'Ailleurs".

"Se-déplacer-plus-vite-que-la-lumière" signifie également voyager dans le temps ; "retourner dans le passé de notre espace-temps du point de vue de certains observateurs", pour être exact. Les physiciens prédirent donc que les Tachyons remontent le temps, ce qui posa des problèmes d'interprétation délicats, dits "paradoxes temporels". Nous y reviendrons.



C. Propriétés du Warp Continuum
Cochrane visualisait dès le départ notre espace temps comme "flottant entre différents niveaux de réalité", cette vision ouvrit la voie aux déplacements de type WARP, c'est à dire aux déplacements superlumineux. En effet, si l'on revenait au 20ème siècle, mathématiquement parlant, le Warp Continuum serait un "Ailleurs" puisque l'on s'y déplace plus vite que la lumière.

Dans ce WARP CONTINUUM, les différents problèmes inhérents à notre espace temps sont réglés, en particulier le moteur CDP (qui est alors appelé WARP ENGINE) peut continuer à tordre l'espace temps, s'il double le niveau "treshold", nous atteignons alors la vitesse de WARP2.

Un autre phénomène prévu par la théorie de Cochrane est que lors du saut en WARP, le vaisseau se déplacera dans le warp continuum à 1.31xC. Dans des circonstances normales, aucun vaisseau ne se déplace avec une vitesse comprise entre 0.8 et 1.3 x C : s'il est à moins de 0.8c il est dans notre espace temps, s'il dépasse 0.8c en étant propulsé par effet CDP : il est automatiquement projeté dans le WARP Continuum (car notre espace temps ne supporte plus la distorsion que le moteur CDP génère au delà de 0.8c.)

Le Warp Continuum dilate également "son temps", tout comme le nôtre. Le temps de l'équipage voyageant en vitesse Warp passe en moyenne à 64% de l'allure du temps de quelqu'un d'immobile. Les voyageurs vieillissent donc moins vite que d'autres personnes restées sur terre à les attendre.

Etant donné qu'un vaisseau du même type que l'Enterprise (galaxy class / constellation class) passe les ¾ de son temps en WARP, il fut décidé au 24ème siècle d'embarquer non seulement les membres d'équipage mais également toute leur famille à bord des vaisseaux, ceci dans le but d'éviter des problèmes familiaux qui furent légion à l'époque du tout premier Enterprise (le NCC-1701-A, milieu du 23ème siècle, commandé par James Tiberius Kirk.)



D. Indices WARP
Contrairement à une idée reçue, l'indice WARP ne se réfère pas directement à la vitesse, mais à l'énergie. Il existe hélas une multitude d'échelles "WARP" contradictoires.

Voici déjà deux définitions rigoureuses :

WARP1 est l'énergie nécessaire à passer dans le WARP Continuum,

WARP10 est une énergie infinie.

Le vaisseau Enterprise NCC-1701 fut le premier appareil à établir des records de vitesse en WARP (de l'ordre de WARP 5) grâce aux améliorations apportées par le chef ingénieur Montgommery Scott. Avant ces changements, au 23ème siècle, il existait un manque de puissance pour arriver à atteindre Warp5 : Warp5 fut longtemps connue sous le nom de "Warp barrier", soit le "mur du Warp".

Un indice Warp (par exemple Warp 9) peut être converti en vitesse mais différera suivant le type de propulseur WARP utilisé (1er ordre, 2d ordre...) Les formules pour la conversion d'indice WARP vers un multiple de "c" sont très complexes et seraient l'objet d'un cours entier. Sachez donc tout d'abord que l'on sous entend que tous les réacteurs WARP de StarFleet sont du 3ème ordre. Ils travaillent sur un "third order continuum field", champ de continuum du 3ème ordre.

Dès lors, une simplification communément admise est de dire que WARP1 = "c", et ensuite employer une formule empirique (parfois : l'indice Warp élevé au cube).

Voici une table "TNG" qui n'est qu'une approximation du 1er ordre, donc Warp10 = vitesse infinie dans cette table, ce qui n'est pas très rigoureux. De plus; tout ce qui est supérieur à Warp9 est entaché d'erreurs.

La colonne "ancien" correspond aux indices Warp utilisés au 23ème siècle, c'est à dire à l'époque de pionniers tel le prmier vaisseau Enterprise (NCC 1701).



Warp / C / Ancien / Commentaires

1 / 1 / 1.0


2 / 10 / 2.2


3 / 39 / 3.4


4 / 102 / 4.7


5 / 214 / 6.0


6 / 392 / 7.3 / Vitesse normale

7 / 656 / 8.7


8 / 1024 / 10.1


9 / 1516 / 11.5 / Vitesse d'urgence

9.6 / 1909 / 12.4


9.9 / 3053 / 14.5 / Vitesse maximum

9.91 / 3413 / 15.1


9.95 / 5094 / 17.2


9.99 / 7912 / 19.9 / Seuls les Borgs et Q vont aussi vite






Warp10 est en tous points comparable à la limite de "c" dans notre espace temps. Et en particulier, rien ne dépasse la vitesse de Warp 10 dans le "Warp Continuum".

Cette vitesse limite, Warp 10, peut être convertie en 131792.39 x C.

C'est aussi la vitesse des ondes employées pour les "Sub space radio communications", l'équivalent des ondes hertziennes du 20ème siècle, qui allaient (comme vous le savez) à la vitesse limite de leur contenant (l'espace temps einsteinien) donc à "c".

Note importante ; pour pouvoir parler de vitesse dans le Warp continuum, il faut qu'il y ait une géométrie spatiale et un temps. Pour cette raison, je sous-entend que l'on compare la distance parcourue entre le saut de départ et celui d'arrivée et ensuite diviser par le temps mesuré par des observateurs extérieurs.







E. Détonation chromatique
Lors du saut en Warp, il se produit un effet optique comparable au BOUM Supersonique, que l'on pourrait alors qualifier "d'éclair superlumineux". Celui-ci fut baptisé détonation chromatique car son principe n'est pas le même que celui du boum supersonique.

En effet, lorsque quelqu'un franchit le mur du Son (c.-a-d. lorsque l'on dépasse la vitesse du son dans l'air, soit 340m/s) les fronts d'ondes sonores se superposent pour créer un "gros bruit" appelé "boum" supersonique. On aurait donc seulement un "éclair superlumineux" si l'on franchissait (ou au moins égalisait) la vitesse de la lumière (car il faut permettre aux fronts d'onde lumineuse de se superposer, tout comme dans un BOUM Supersonique)

Or la détonation chromatique ne se produit pas à "c" mais à 0.8xC

Le bang superlumineux lui-même existe dans d'autres circonstances, et fut déjà observé au 20ème siècle, c'est ce qu'on appelle l'effet Cerenkov. Il est rendu possible car dans certains milieux liquides, la lumière ne se propage pas à la même vitesse que dans le vide (or c'est cette dernière valeur qui est la vraie limite). Alors, rien n'empêche des particules (des électrons) d'aller plus vite qu'elle ! On observe alors une onde de choc bleue.

pour plus d indication :cf-->http://www.rvaouate.com/star_trek/star_trek_technologies.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cours de starfleet sur les moteurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
cours de starfleet sur les moteurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Equipage du USS Lucidity (STO) :: Equipage du USS Lucidity (STO)-
Sauter vers: